Comment les boites de nuit d’une Cote d’Azur se preparent pour la reouverture le 9 juillet

Comment les boites de nuit d’une Cote d’Azur se preparent pour la reouverture le 9 juillet

Pass sanitaire, jauge a 75%, masques facultatifs mais possibles barnums a l’entree. Le monde une nuit se prepare au grand reveil le 9 juillet, apres le feu vert de l’Etat et seize mois en apnee.

C’etait le 7 mars 2020. Dans une autre life. Les lights s’eteignaient une derniere fois au High Club, adresse emblematique en promenade des Anglais. De Nice a Biarritz, de Saint-Tropez a Paris, le monde en nuit plongeait dans un profond sommeil. Pandemie oblige.

Seize mois plus tard, les projecteurs vont se rallumer, les decibels resonner, les regards s’enflammer. Enfin. Notre 21 juin, premier jour de l’ete et fete de la musique, le gouvernement a donne le feu vert a la reouverture des boites de nuit. Ce va i?tre le 9 juillet www.datingmentor.org/fr/joingy-review/. Sous conditions. Mais avec, enfin, la permission de sortir d’une longue lethargie.

Enfin le bout du tunnel

“Aujourd’hui, on voit enfin les portes s’entrouvrir.” Jerome Calatraba, l’un des quatre associes du High Club, nous ouvre les siennes hier matin. Avec une satisfaction amere. Cette reouverture, le equipe l’a “preparee l’integralite des semaines avec un an”. Chaque espoir fut decu. Jusqu’a votre 21 juin liberateur. Aussi, le 9 juillet, le club compte frapper extri?mement.

“On est l’ensemble de tres soulages”, confient Ben et Kris. Ces associes pilotent L’Omega, une autre boite nicoise de dimension plus peu peuplee, “LGBT hetero-friendly”. Eux aussi enregistrent deja des reservations. “Aujourd’hui, les clubs ne sont nullement prets a rouvrir. Pour nous, si votre n’est jamais le 9, ce est le 15. On veut rouvrir dans des conditions optimales.”

Un effort de plus

“Et je remets le le. ” OK, mais De quelle fai§on? Vous devez d’abord un grand coup de menage. Relancer la machine. Reparer les degats du temps, a l’image de votre machine a glacons qui a rendu l’ame au High Club. “si on ne fera pas tourner, ca s’abime. Comme une voiture”, constate Jerome Calatraba.

Recruter, ensuite. Ce patron a prevenu ses employes qu’ils devront etre vaccines, ou testes chaque semaine. “plusieurs vont peut-etre refuser. Et, on reste oblige de recruter.” a l’Omega aussi, il faut embaucher “pour nettoyer les surfaces plus intensivement, gerer les files d’attente. ” Objectif: “Que les mecs ne se regroupent pas trop”.

Le pass pour aller de l’impasse

“aucun baskets.” ca, c’etait avant. Desormais, le refrain a l’entree pourrait i?tre plutot: “Votre QR code, SVP.” En attendant le decret ministeriel, les professionnels d’une nuit le savent deja: il faudra en passer via le pass sanitaire. Ou un test PCR de moins de 48 heures. Ou, peut-etre, un test antigenique realise dans un barnum a l’entree. “Aux frais de qui?”, s’interroge Jerome Calatraba. Il precise: “Vu ce que nous vivons, s’il faut en passer avec la, on le fera.”

Le pass? “Une facon intelligente d’inciter les jeunes a aller se Realiser vacciner “, estime Rudy Maman. Mais le patron du Village, a Juan-les-Pins, redoute une mesure trop contraignante, “sachant que peu de “gamins” sont deja vaccines et qu’il faut pres de deux mois pour l’etre. ». a l’Omega, Ben et Chris seront confiants. Ils tablent dans la prise de temperature et concernant ce pass pour bouger de l’impasse. “Tout le monde souhaite reprendre la vie d’avant. ca ne pourrait gui?re poser probleme.”

Soirees demasquees

Une certitude: la jauge va i?tre limitee a 75%. Bien plus acceptable que les 50% redoutes par Ben & Kris: “La, ca redevient economiquement viable.” Les discotheques le rappellent: elles sont dotees de systemes de filtration de l’air. Tous les BAM et RAM (bars et restaurants a ambiance musicale) ne vont pas pouvoir en dire autant. “Une concurrence deloyale”, s’indigne Jerome Calatraba, delegue du syndicat SNDLL (1). Il reclame que ces lieux soient “soumis a toutes les memes conditions”.

Et des masques? Recommandes, mais gui?re obligatoires. Surtout sur le dancefloor. Un argument Sans compter que pour le “soulagement de toute la bijouterie, et meme du public. Tout ce qu’on requi?te, c’est de travailler librement a l’interieur. Chez nous, la distanciation sociale, ca ne marche nullement. “, explique Dj Mozart, directeur artistique du Bisous Bisous a Cannes.

Pas l’ensemble de sortis d’affaire

Mes boites de nuit revoient enfin le jour. Mais la hurle sanitaire en laisse nombre KO. D’autant qu’elle s’ajoute a une crise existentielle. “Le probleme des boites de nuit, ca fait des annees qu’on en cause, rappelle Alain Bernard, eternel patron du Cavo aux Issambres. Ici, je suis le seul a avoir tenu. On est a 1 tournant. Les gens sortent moins. On a l’impression qu’on ne souhaite plus de nous. “

Premiers fermes, derniers rouverts. Mes clubs seront amers envers leur ministere. “et cela nous a le plus agaces, c’est de se sentir desavoues, grincent Ben et Chris. Aujourd’hui, on nous redonne l’envie de retrouver notre attractivite, ainsi, notre metier qu’on adore.” En avant, donc, pour un nouveau tour de piste.

(1) Syndicat national des discotheques et lieux de loisirs.