Lecture Analytique « de la charogne », Charles Baudelaire Rappel et astuces : – Lecture cursives des pieces condamnes et des poemes qui precedent « 1 charogne », « J’ai beaute », « ces dames ».

Lecture Analytique « de la charogne », Charles Baudelaire Rappel et astuces : – Lecture cursives des pieces condamnes et des poemes qui precedent « 1 charogne », « J’ai beaute », « ces dames ».

– Citation pour retenir : « Un outrage a J’ai moral publique et a toutes les bonnes m?urs » – critique faite a Baudelaire i  propos des fleurs du Mal, Pas precisement des pieces condamnes. – Ambivalence une cherie concernant Baudelaire: – beaute naturelle et artificielle – innocence et perversite – Qui provoquent chez Votre poete une fascination et de J’ai peur. – Le poete se sacrifie concernant la beaute. – Carpe diem : life de l’homme limitee avec Notre fond –> « Vivre tel quand il n’y aurait jamais d’un lendemain. » Symbolise avec sa rose : la fragilite d’une vie. – Memento Mori : toutes les savoirs et Votre materiel se perdent. « Souviens-toi que tu vas mourir. » Seul conte sa virtuosite en vie. Lectures complementaires : – « A Cassandre » et « Di?s Que nous serez beaucoup vielle » de Pierre de Ronsard.

Introduction

Baudelaire, auteur pour Les Fleurs des difficultes, condamne en 1857 pour « outrage pour sa morale publique » avait Dans les faits un objectif novateur : atteindre J’ai beaute poetique aussi par l’intermediaire du mal tel suggere Mon titre. De la sorte, l’est-il dans le poeme « de la charogne », poeme une section « Spleen et parfait ». Votre poeme se situe apres 1 collection de pieces Avec lesquelles Cela reste essentiellement question d’une cherie _on va supposer qu’il s’agit pour Jeanne Duval, baptisee via Baudelaire tel la Venus noire_ et Notre beaute qui exerce sa fascination et repulsion su le poete. Comment Baudelaire renouvelle le topos en memento mori en reussissant grace a son art a extraire la marguerite d’un laid ? Plan : I. votre poeme Avec l’amour II. Ma description en charogne III. Votre triomphe de la poesie

XXIX – 1 Charogne

N’oubliez pas l’objet que nous vimes, notre ame, Ce excellent matin d’ete trop doux : Au detour d’un sentier de la charogne infame concernant 1 lit seme de cailloux, nos jambes du l’air, tel de la cousine lubrique, Brulante et suant tous les poisons, Ouvrait d’une maniere nonchalante et cynique Son bide beaucoup d’exhalaisons. Mon soleil rayonnait dans cette pourriture, Comme pour votre cuire pour point, Et pour rendre du centuple pour Notre grosse nature Tout votre qu’ensemble elle avait joint ; Et Mon ciel regardait la carcasse superbe tel de la fleur s’epanouir. La puanteur etait trop forte, que concernant l’herbe Vous crutes nous evanouir. Les mouches bourdonnaient dans ce bide putride, D’ou sortaient de noirs bataillons pour larves, qui coulaient comme 1 epais liquide Votre long de ces vivants haillons. Tout i§a descendait, montait tel 1 vague Ou s’elancait en petillant On eut dit que le corps, enfle tout d’un souffle vague, Vivait du se multipliant. Et ce monde rendait de etrange musique, Comme l’eau courante et Un vent, Ou le grain qu’un vanneur tout d’un mouvement rythmique Agite et marche Avec son . Nos declinaisons s’effacaient et n’etaient Pas qu’un reve, 1 ebauche lente a appeler concernant le web oubliee, ainsi, que l’artiste acheve juste par Un souvenir. Derriere tous les rochers 1 chienne inquiete Nous regardait tout d’un ?il fache, Epiant le moment de trouver au squelette Mon morceau qu’elle avait lache. – Et Cependant nous serez semblable a cette ordure, A votre horrible infection, Etoile de les yeux, soleil ma nature, nous, notre ange et ma passion ! Voili  ! telle nous serez, o ma reine Plusieurs graces, Apres les derniers sacrements, des que vous irez, sous l’herbe et vos floraisons grasses, Moisir parmi les ossements. Aussi, o la beaute ! dites pour Notre vermine , lequel nous mangera de baisers, Que j’ai garde la structure et l’essence divine De les amours decomposes ! Leurs Fleurs du mal, Charles Baudelaire

De quelle fai§on progresser grace a toutes les file de francais web ?

Developpement

I. 1 poeme sur l’amour entre un homme et 1 femme

  1. A) votre couple

Nous (v.16, 40, 41, 43, 46) Nous (v.1) fera echo a la femme aimee ; eclairage immediat en cousine et Un couple –> pronom inclusif => Presence du « nous » que scande Ce poeme d’un debut pour votre fin. Presence d’une cousine semble envahir le poeme. Confirmation : Lexique melioratif designant l’actrice et suggere l’exaltation lyrique quelques sentiments du poete. v.1 « notre ame » –> Groupe nominal enfile de valeur puisqu’il se deniche a ma fin de ce en direction de v.39/40 « Etoile pour faire mes yeux, // soleil de ma nature » –> Champ lexical classique *2 metaphores Plusieurs astres concernant designer J’ai beaute d’une cherie *Cesure a l’hemistiche marque par ma virgule « nous mon ange et ma passion » –> amplification quelques 2 metaphores manii?re l’utilisation en pronom tonique « nous » en debut de en direction de qui designe ce thi?me (ellipse d’un verbe) des metaphores. Confirmation en copine. –> Utilisation de 2 adjectifs possessifs qui insiste sur sa relation homme soeur. –> Dierese concernant le mot « passion » euphorique –> « Ange » fera echo a « ame » utilise au 1er en direction de.

Alors, confirmation que celui-ci s’agit de l’evocation de la relation amoureuse. L’actrice reste traditionnellement louee via sa beaute et l’amour qu’elle inspire (cour pour francais).

  1. B) le souvenir

o Cadre spatial : – champ lexical d’une nature – v.2 « Le beau matin d’ete quand enflammes » –> Complement circonstanciel de moment foutu du valeur puisque c’est un seul octosyllabe. Connotation positive un procede la periode manii?re Ce plus de beaute – deux qualificatifs melioratifs encadrent le nom « matin », « excellent » + superlatif pour valeur hyperbolique « si enflammes » Conclusion : On imagine une excellente nature, doree et lumineuse TOUTEFOIS tous les autres elements son vraiment soupi§on decrits. ! Votre poete ne se livre jamais pour de la description de la nature. o Cadre temporel : – « Le matin » –> complement circonstanciel pour moment – temps utilises : Passe simple et imparfait de ce v.1 au v.36 – temps libre de ce recit ; Apres, rupture a l’egard de le tiret baudelairien et Votre changement pour moment : futur. – visionner « Souvenez-vous » –> imperatif present –> lui donne l’ordre de repasser en arriere = analepse. => Recit d’un souvenir de la promenade Avec la nature, lors pour laquelle ils rencontrent de la charogne. Transition : Tradition quelques poemes meetic : votre couple se promene https://datingmentor.org/fr/la-toile/ au sein d’ une nature sereine et l’actrice reste l’objet de la idealisation. 2 passes simples : « vimes » et « crutes » a recit du souvenir est essentiellement une description en charogne qui est loin de devenir votre objet poetique. Ne decrit ni Notre nature ni l’actrice, y decoit des esperances traditionnelles de ce lecteur. Remplacement pour l’objet poetique en beau aupres du laid.