“On ne tutoie pas”, rappelle Sarkozy aux policiers et gendarmes

“On ne tutoie pas”, rappelle Sarkozy aux policiers et gendarmes

Lors de l’inauguration de la brigade de gendarmerie dans le Var, le president a tenu a rappeler plusieurs regles. Plusieurs syndicats de police reagissent. Par Celine Rastello

Elles ont spontanement raconte avoir eu envie d’en decoudre et de frapper d’autres adolescents: la police nicoise a neutralise une telle semaine une bande de jeunes filles violentes de moins de quinze ans, apres nos plaintes d’une vingtaine de victimes. ((c) Afp)

Lors d’un deplacement jeudi 19 mai a la Londe-les-Maures (Var), ou il a inaugure une brigade de gendarmerie, Nicolas Sarkozy a rappele a toutes les gendarmes et aux policiers qu’ils devaient avoir 1 comportement “exemplaire”. “Une democratie qui n’a aucun policiers et gendarmes afin d’effectuer respecter la loi et proteger les braves internautes n’est gui?re une democratie” a poursuivi le president, insistant : “parce que vous etes la loi d’une Republique, vous devez etre exemplaires”.

“aucun familiarite”, “on ne tutoie jamais”

“Vous avez le droit d’utiliser la force mais c’est la force de la Republique” a egalement affirme le president, illustrant ses propos via des exemples suivants : “pas de familiarite, on ne tutoie nullement.” Si votre n’etait nullement assez clair, Nicolas Sarkozy a martele : “ce ne semblent gui?re des details. Quand on veut etre respecte des gens, il faudra avoir un comportement respectueux.”

Des propos qui n’ont nullement surpris le sous-fifre general du syndicat Alliance police Jean-Claude Delage. “C’est deja la situation” repond-il au Nouvel Observateur, “les policiers ne tutoient nullement les individus, leur parlent beaucoup et se comportent de maniere deontologique tout en appliquant la loi.” Comment expliquer, aussi, votre petite piqure de rappel ? “Il semble normal que le president le rappelle, mais c’est une evidence.” “C’est la regle” dit-il, tout en admettant que “si elle n’est pas respectee, nos policiers doivent etre sanctionnes.”

“Une regle de politesse”

Les propos du president renvoient a “une regle de politesse a laquelle des policiers doivent se plier” rappelle quant a lui au Nouvel Observateur le sous-fifre general du syndicat SGP Unite police FO Nicolas Comte. Cela crois neanmoins que dans Divers quartiers, les relations entre les policiers et nos habitants se seront tant degradees “qu’on n’en est plus a s’interroger via l’utilisation du tutoiement ou du vouvoiement.” Il estime par ailleurs que le vouvoiement doit i  chaque fois etre privilegie, notamment car “il permet de prendre une certaine distance”.

“Un policier peut tutoyer votre adolescent sans lui manquer de respect”

“C’est le president ancien ministre de l’Interieur qui possi?de parle” observe le sous-fifre general de l’Unsa police Philippe Capon. Egalement questionne par Notre Nouvel Observateur, il explique que le tutoiement utilise avec des livelinks web policiers a l’egard de certains jeunes reste “un accessoire qui revient ponctuellement une part de ces memes jeunes Afin de justifier des rapports difficiles avec la police.”

Abonnez-vous ! Soutenez le travail d’une redaction engagee et rejoignez une communaute de 200 000 abonnes.

“Le vouvoiement doit etre la regle, le tutoiement doit etre proscrit, c’est ce qu’on apprend a l’ecole, et c’est votre que fera la tres grosse majorite des policiers” reagit aussi Mohamed Douhane du syndicat Synergie Officiers.

“Le vouvoiement doit etre la regle, le tutoiement doit etre proscrit, c’est ce qu’on apprend a l’ecole, et c’est ce que fait la tres grosse majorite des policiers” reagit aussi Mohamed Douhane du syndicat Synergie Officiers. Si les syndicalistes s’accordent a penser que le vouvoiement s’impose, tous font la difference, par ailleurs, entre “le tutoiement respectueux” et “le tutoiement agressif”. “Un policier pourra tutoyer votre adolescent sans lui manquer de respect” precise Mohamed Douhane, concluant : “beaucoup d’adolescents ne comprendraient d’ailleurs en general jamais qu’on nos vouvoie.”

Celine Rastello – Le Nouvel Observateur – AFP